Ami, entends-tu le bruit sourd de l’eau sur la scène

Hôtel de ville de Paris, répétition générale pour commémoration du 69e anniversaire de la libération de Paris

Hôtel de ville de Paris, répétition générale pour commémoration du 69e anniversaire de la libération de Paris

Donc on est là, pieds nus, avec ces trombes d’eau glacée qui s’écrasent sur le décor et sur tout ce qu’il restait de secs sur nous. On patauge sur une bâche en plastique glissante, et en regardant nos camarades de baignade, on se dit qu’ils ressemblent à un mix entre des pêcheurs à pied et des capotes géante. Avant de se souvenir qu’on porte le même imperméable.

Attente pour le grand bain

*

Je préfère vous dire qu’on a bien ri. Ce n’était pas indécent. Il y a 70 ans cette année, mes arrières-grands parents, mes grands-parents, ont risqué leur vie, en désobéissant, en respectant ce qui pour eux était le bien, malgré tout. J’ai 25 ans. Des soldats du même âge que moi sont venu du monde entier, se faire trouer la peau loin de chez eux. Pourquoi ? Pour qu’un jour on ait le droit de chanter, pour qu’on soit libres, éduqués, ouverts d’esprit. Qu’on ait la chance de rire autant qu’on a ri ce jour-là.

Il y a juste un petit problème. Aujourd’hui, quand j’entends et que je chante Le Chant des Partisans, je souris et j’ai froid aux pieds

Photos : Stéphan Bricogne

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *